Salamèche est notre premier Pogona.

 Il a été acheté pour le cadeau d’anniversaire des 10 ans de notre fils.

L’achat réel, fut une vraie aventure

Salamèche à peine arrivé à la maison
Salamèche à peine arrivé à la maison

En effet cela faisait bien deux mois que nous posions toutes nos questions sur le pogona à la même jardinerie/animalerie (« Vive le jardin » à Rantigny ) et au même vendeur (Etant lui-même propriétaire de pogonas et fascinés, il semblait être de bons conseils, et il nous avait laissés manipuler quelques pogonas en sa compagnie, pour notre plaisir et celui de nos enfants qui nous ont accompagné tout au long de notre quête pour le choix de notre futur protégé).

Mon mari et moi lui avions bien dit que nous viendrions acheter un petit pogona le matin du jour de la fête des 10 ans de notre fils, en lui précisant bien qu’il s’agissait du samedi 02 juin 2012.

Une semaine avant cette date fatidique, nous avons acheté tout le nécessaire du côté matériel : le terrarium, le sable, la décoration via ce vendeur qui  nous avait mis en pleine confiance. (Par contre, là nous commencions à nous cacher des enfants car jusqu’au bout, nous avons laissé notre fils dans le doute d’avoir cet animal, car il y avait deux conditions, pour qu’il puisse obtenir ce beau cadeau : qu’il continue ses efforts en classe et qu’il se tienne sage à la maison).

 

Le vendredi 1er juin 2012, sous prétexte qu'ils allaient être dans nos pattes pour préparer la fête le samedi, nous avons mis les enfants à dormir chez mes parents. Il y avait du vrai mai c'était surtout pour pouvoir installer le terrarium dans la chambre de mon fils et  le mettre en fonction dès que possible, pour la petite bestiole intègre son habitat dans les meilleures conditions dès son arrivée à la maison, avec les normes de températures et d'UVA/UVB propres à ce reptile.

Cependant le jour J, plus de bébés pogonas en vente et en plus notre vendeur habituel en congés

Salamèche
Salamèche

Nous nous sommes dirigés vers sa collègue qui affirme qu’il n’y a eu aucune réservation de faite, et qu’effectivement il n’y avait plus de petits en vente. Nous sommes partis catastrophés, car nous n’avions pas le temps de faire la tournée des jardineries/animaleries, alors que nous faisions la fête des 10 ans de fiston le soir même.

N’étant pas si loin de Saint Maximin, nous décidons de partir tout de suite pour le Gamm Vert s’y situant. Ouff, il y a des bébés pogonas et même des plus beaux !!!

A « VIVE LE JARDIN », il n’y avait que des pogonas gris, du coup nous ne savions même pas qu’il était possible d’en trouver des phasés (colorés). Le prix n’est pas le même, c'est même le double, mais bon qu’ils sont beaux ainsi. Moi je fus attirée par un rosé/rouge et mon homme par un jaune. Ce qui a tranché c’est que nous avons demandé au vendeur quel était celui qui avait la plus grande certitude de devenir un mâle, le désir de mon fils étant d’avoir un petit gars comme compagnon (les bébés pogonas ne sont pas faciles à sexués). Du coup, nous revoilà parti avec un petit pogona de 3/4mois jaune (hummm … à 140 € ,c’était plus que le budget prévu mais le fait que la bestiole soit plus belle que prévue nous enchantait énormément).

Notre petit protégé était si paniqué dans sa petite boite, qu’il a fini le trajet dans mes bras, à mon plus grand plaisir ! Là il s’y est retrouvé tout calme.

 

A la maison, nous l’avons tout de suite mis dans son terrarium, dans la chambre de fiston.

Mon fils a bien entendu été super heureux de découvrir son nouveau compagnon le soir même de la fête de ses 10 ans

Mon fils content d'avoir son nouveau compagnon
Mon fils content d'avoir son nouveau compagnon.

Salamèche est resté dans la chambre de mon fils très peu de temps, pas plus de trois semaines.

Ce n'était pas pratique qu'il soit dans une chambre, pour le nettoyage régulier du terrarium et finalement pour un enfants de 10 ans un animal de cette sorte est difficile à assumer seul. Pour que nous puissions l'aider à mieux entretenir l'habitacle de son compagnon nous lui avons demandé un peu à son regret de le déménager. (à son regret car dans sa chambre, c'était plus à lui, tout seul !).

 

 

Son regret n'a pas duré car il a senti que Salamèche était plus heureux avec nous tous, ça lui faisait plus de choses à observer car le pogona est un animal très curieux qui regarde tout ce qui l'entoure !

Le caractère de Salamèche

Il n'a pas aimé être dominé par Clara arrivée 2 mois après lui et est devenu anorexique

Petit Salamèche s’est tout de suite adapté à nous et n’appréhendait absolument pas les manipulations.

Malheureusement le fait de se retrouver avec une femelle dominante (Clara), il s’est mis petit à petit à ne plus manger jusqu’à devenir totalement anorexique.


Nous avons dû le mener voir un vétérinaire spécial NAC le vendredi 16 novembre 2012 car sa maigreur faisait peur. (Nous ne nous sommes pas inquiétés vraiment plus tôt car nous avions exposé sur divers forums, son manque d’appétit. Comme c’était l’hiver, les personnes se voulaient rassurantes en me disant qu’il s’était mis en période d’hivernation de lui-même , même si nous n’avions pas baissé les températures du terrarium.

Heureusement un soir, je me suis dit « ce n’est plus possible de le voir si faible et de ne plus du tout le voir s’alimenter ».

Nous sommes donc allés voir un vétérinaire spécial NAC, qui nous a posé beaucoup de questions sur son mode de vie. La conclusion fut : Monsieur est stressé d’être avec une  femelle dominante, il faut l’isoler et tenter de le sauver en le gavant. (la raison de son anorexie ne pouvait être que celle-ci car ses radios étaient bonnes, ses examens bons, la façon dont nous tenions le terrarium bonne aussi).

Du coup, nous avons suivi tous les conseils.

Nous l’avons sauvé grâce au gavage.

 

Janvier 2013 : vers la guérison

Salamèche en janvier 2013, il va mieux.
Salamèche en janvier 2013, il va mieux.

Cependant son comportement a changé, il accepte que nous le manipulions mais il se crispe énormément comme s’il craignait quelque chose. Cependant une fois sur nous il se détend, mais il se re-crispe quand nous le remettons dans son terrarium. 

 

A partir de janvier 2013, nous avons repris espoir vers une guérison, car même s’il gardait un petit air malheureux, il avait repris de l’appétit, certes un petit appétit, mais il re-mangeait seul.

 

 

Cependant fin mai/début juin 2013, le re-voilà en train de refuser de manger toute nourriture vivante. Pourtant cette fois cela ne pouvait être dû à une femelle dominante puisque depuis la visite chez le vétérinaire nous ne l’avions jamais ré-intégré avec les filles.

Donc me re-voilà en train de le gaver, 2 criquets chaque soir en le forçant à ouvrir sa gueule.

 

Malgré tout il devenait de plus en plus triste : nous pouvons dire cela dans le sens où il ne restait quasiment plus que sous sa cachette, mais aussi à son regard.

Avril 2013 : toujours tristounet

Juin 2013 : tout va changer !

Salamèche, plus seul, intégré avec les filles.
Salamèche, plus seul, intégré avec les filles.

Le 15 juin 2013, nous avons tenté une chose folle : le mettre un peu avec les filles. Nous nous sommes dit, s’il les embête et les stresse , nous le retirerions de suite.

 

C’est à partir de ce jour, que nous nous amusons à l’appeler « le dépressif le plus rapide de la quéquette ». En effet en à peine quelques secondes il a réussi à chopper la petite Téquila et à faire son affaire ! Et je ne vous raconte pas l’air fier qu’il a eu juste après, il s’est mis bien droit sur ses pattes, et son regard malheureux s’est transformé en un regard de macho !

 

Nous étions peu fier de nous car la pauvre Téquila, c’était la seule femelle qu’il ne devait pas saisir car elle est trop jeune et du coup c'est même dangereux pour elle (j’expliquerai cela dans une autre partie de ce site).

Du coup nous l’avons remis dans son terrarium, seul …. (puni, au coin ! non le pauvre, pas puni mais pour la paix et la sécurité des femelles).

Le petit coquin a mangé le soir même , puis à nouveau plus les soirs suivants, pff, pff, pff …

 

Trois semaines après, Téquila ayant réussi à pondre comme une grande ses œufs, sans sembler si affaiblie que ce que nous l’aurions imaginé, je remets sur le tapis, que j’aimerai intégrer Salamèche dans le terrarium des filles !

Ma puce pleure, car ça lui fait peur pour les filles, et les garçons ne sont pas chauds.

Au fond de moi j’étais déçue de ne pas tenter. C’est quand les enfants sont partis en vacances que j’insiste auprès de mon homme qui finit par me céder.


Et bien, tout à changer depuis ce jour-là, le 12 juillet 2013 ! Salamèche se comporte plutôt bien, ce n’est pas un tirant : il dragouille les nanas mais ne s’acharnent pas sur elle, nous trouvons même assez rare ses vrais tentatives de reproduction. Il fait pas mal de parades amoureuses mais guère d’attaques virulentes pour se reproduire.

 

Et depuis ce premier jour d’intégration, notre pépère mange seul et même plutôt bien ! Et surtout il n’a plus son air si tristounet !

 

La seule chose qui reste depuis sa première grosse anorexie, c’est sa façon de se crisper très fort sur nous quand nous souhaitons le manipuler !!!

Salamèche est maintenant un beau mâle, bien en forme !